Home | Profile - Edit | Your Page | Your Inbox Browse | Search Games   |   Log In

Reviews by dutchmule

View this member's profile

Show ratings only | both reviews and ratings
1-10 of 62 | Next | Show All


La Malédiction dont vous êtes le héros, by Nighten
Exercice intéressant et concept fun, mais répétitif, February 5, 2020
Un jeu avec une structure d'arbre binaire à 4 niveaux, qui a donc 16 fins. Je ne suis pas allé au bout, car j'ai actualisé la page sans faire exprès au bout de 11 fins... j'ignore si on obtient quelque chose si on va au bout des 16 fins. Le concept est donc celui d'une exploration de "time cave" ; je trouve l'exercice plutôt intéressant, même si le fait qu'on doive repartir du début (à moins de s'organiser niveau sauvegardes... certes, le jeu le suggère, mais franchement s'organiser pour sauvegarder au bon moment et retrouver la bonne sauvegarde, ça me paraissait compliqué aussi) n'aide pas vraiment à l'exploration (une sorte de mini map où on pourrait cliquer sur les noeuds serait parfaite, mais un peu difficile à faire dans ce moteur... peut-être une fonction de rembobinage après chaque fin, au moins ?). Ce jeu intéressera les auteurs de fictions linéaires qui se demandent comment faire de la fiction non-linéaire. Mais parlons aussi du jeu : la situation est intéressante, j'aime bien l'idée d'incarner une malédiction diffuse qui peut causer des péripéties. L'écriture est plutôt bonne, même si il y a des fautes d'orthographe et des erreurs de personnages parfois ; les personnages sont bien définis et leur point de vue est bien présenté. Certaines fins m'ont bien fait rire, et le ton est plutôt enlevé. Par contre, j'étais un peu déçu sur certaines péripéties : le jeu construit certaines situations sur un registre inquiétant, mais on reste dans le fantastique 'soft' et on ne bascule jamais vraiment dans l'horreur, alors que si même les animaux évitent la forêt, c'est pas juste parce qu'on voit des choses étranges... Enfin, c'est peut-être moi qui projette ce que je veux alors que le jeu est satisfaisant comme ça !

Sétanta - Au Cœur Du Labyrinthe, by Luigi June
Un jeu long et prometteur qui pourrait être plus accessible, February 5, 2020
Un jeu d'exploration de donjon à choix multiples, sans gestion d'inventaire, dans un monde inspiré par le folklore celte ; le jeu semble plutôt long, en tout cas il y a pas mal de péripéties et il est plus long que la plupart des autres jeux du concours. Il est aussi plutôt verbeux, avec plusieurs paragraphes après chaque choix. Pour tout dire, l'auteur semble connaître par coeur le folklore celte, mais en pratique ça fait apparaître une dizaine de noms étranges en une conversation, et ça nous dit qu'une créature n'est pas une sirène mais une mermaid (ce qui laisse très circonspect) ; il est je pense très facile de se sentir repoussé par le jeu au premier abord, car il exige un certain investissement et une certaine bienveillance par rapport au fait qu'il soit résolument dans son monde à lui, bien précis. Les phases d'exploration donnent parfois l'impression d'une succession de "porte à gauche ou porte à droite ?", avec 2 portes indistinguables ; le jeu a la décence de ne pas nous tuer si on choisit le mauvais (un classique des jeux à donjon), mais on se retrouve avec des choses comme "ça ne marche pas alors vous essayez l'autre et ça marche", ce qui fait soupirer le joueur. Certaines séquences vous demandent de faire le bon choix pour ne pas vous retrouver en danger, voire mourir, mais il est difficile de savoir lesquels ; quand on meurt, il faut recommencer en se souvenant des choix qu'on avait faits. Chose intéressante, si on meurt, le jeu vous donne un cadeau de consolation, comme une playlist Spotify ou une fiction écrite par l'auteur, ce qui est chouette. Malgré la présence de checkpoints, je suis mort après une longue séquence car j'ai raté des énigmes, et j'ai ainsi perdu une demi-heure de progrès... Je me suis donc arrêté là. Bref, le jeu a clairement une atmosphère intéressante et fouillée, il est long et les péripéties sont variées, mais le rythme (longueur des passages, fréquence des choix, intérêt des choix, sauvegardes automatiques...) est à retravailler pour donner un jeu plus attrayant et moins exigeant pour le joueur.

Une affaire rondement menée, by Dunin
Une seule énigme, mais elle est bien !, February 5, 2020
Jeu avec une chouette ambiance, bien que classique ; j'apprécie le fait que Hercule Poirot soit imbuvable et que nous incarnions l'inspecteur, pour une fois. On se rend vite compte de ce qui se passe, et je donne à ce jeu le point d'utilisation du thème. Je suis resté bloqué un moment car je cherchais le chien, mais (Spoiler - click to show)il semblerait que ça soit une frustration de la part de l'auteur ; bien joué !. J'ai fini par trouver la solution de l'(unique) énigme en continuant à réfléchir, et une fois l'avoir trouvée, tout était bien plus clair : (Spoiler - click to show)pourquoi les liens ne sont pas mis en évidence, et pourquoi l'auteur a fait référence au chien - pour nous induire en erreur et nous faire oublier qu'il manquait une personne de plus. Un bon divertissement d'une vingtaine de minutes. La présentation est chouette, mais j'aurais vraiment aimé plus de place pour le texte ; il est coincé dans une boîte en bas de l'écran, certains paragraphes sont mal formatés, et il défile rapidement, ce qui n'est pas très lisible.

Si j'avais su..., by Eve Mercé
Jeu fun, même si les conséquences sont peu claires, February 5, 2020
Jeu qui ne se prend pas au sérieux et qui garde un ton agréable et humoristique tout du long. Le jeu a une structure intéressante : il est possible de mourir à n'importe quel moment, mais le jeu vous fait alors incarner la personne suivante dans la lignée pour le trône. Par contre, les conséquences à long terme des choix sont peu claires ; peut-être sont-elles inexistantes, peut-être existe-t-il des variables (popularité ? argent disponible ?) qui détermine quand le jeu vous arrête (si le peuple décide d'arrêter le système monarchique). Du coup, après avoir joué deux fois, je ne sais pas trop où j'ai pêché, si j'étais loin du but, si je me suis amélioré, etc ; c'est frustrant et ça n'invite pas à faire d'autres essais pour obtenir une fin meilleure ou la meilleure fin. Je tiens aussi à saluer le travail qui a été fait sur la présentation et le multimédia ; les images proposées collent bien avec l'univers du jeu, et ça pose une ambiance enjouée. Quelques points sont perfectibles (transparence dans les images, police plus grande, disposition de certains éléments, etc.), j'espère qu'une V2 sortira pour retoucher ces quelques aspects :)

La fée des rêves, by Eve Mercé
Atmosphère fantastique mais trop linéaire et trop rapide, February 5, 2020
Une histoire plutôt courte avec une atmosphère intrigante façon fantastique francophone, et quelques idées très chouettes, même si le jeu est une succession de vignettes indépendantes. L'écriture est plus posée et plus imaginative que l'autre jeu de Eve C, mais j'ai trouvé ce jeu moins intéressant voire un peu plus terne. Les idées pourraient être mieux mises en valeur par le texte, qui va parfois un peu trop vite et est imprécis dans les descriptions ; dommage d'expédier une bonne idée (par exemple la deuxième porte) en quelques paragraphes, alors qu'on pourrait prendre plus son temps et s'émerveiller. Mais surtout, la structure du jeu est dommageable : le jeu propose systématiquement un bon choix et un mauvais choix, et même près de la fin choisir un mauvais choix peut vous tuer et vous forcer à recommencer. (Certains, par contre, donnent juste un avertissement, ce qui est appréciable.) Là encore, c'est une question d'étoffage (?) : laisser au joueur le choix de faire une ou plusieurs choses censées sans que l'histoire n'avance forcément, ou de faire les choses dans le désordre, nécessite certes plus de texte mais permet au joueur de s'immerger plus dans l'histoire ; sinon, on a l'impression d'être dans un wagon à Disneyland. Bref, prometteur mais frustrant ; il faudrait encore du travail sur la structure et la taille du texte pour en faire un jeu satisfaisant.

Karma Manager, by Jérémie Pardou
Un essai louable, mais mal équilibré et pas assez étoffé, February 5, 2020
Un jeu basé sur la réincarnation pour proposer une boucle de gameplay qui correspond à une vie humaine ; on vous propose différents choix et il y a des "skill checks" pour déterminer un succès ou un échec, à partir de 4 statistiques qui dépendent de votre naissance (c'est un parti pris qui fait réfléchir). Le jeu se base ainsi sur des situations piochées aléatoirement, sur des variables, et de la génération procédurale. Malheureusement, ça ne marche pas pour plusieurs raisons. La première est que la quantité de texte et de variations est trop faible par rapport à la boucle de gameplay : on vous demande d'avoir 42 points de karma, en vous réincarnant au moins une douzaine de fois (voire plus), et chaque réincarnation comprend 15 passages ; pourtant, le nombre de passages distincts est de, je pense, entre 20 et 30, ce qui est bien trop faible, et donne un jeu qui se répète beaucoup (du grind, quoi). La deuxième est que le jeu est déséquilibré : on a des statistiques au début, puis 10 "skill checks" qui échouent (on ne sait pas pourquoi, le jeu ne vous donne jamais la barre qu'il aurait fallu atteindre) parsemé de 3 évènements qui changent un peu vos stats ; je n'ai jamais réussi un seul "skill check" quoi que je fasse, et je n'ai jamais obtenu un seul point de karma. Au bout d'un moment, la combinaison de 1/ et 2/ est barbante. De plus, les choix que l'on fait modifient les statistiques mais c'est un jeu à somme nulle (vous gagnez autant que vous perdez, vous pouvez même avoir des statistiques négatives...), donc on a l'impression que le jeu pousse les jetons d'une case à l'autre et que rien ne change (vu que tous les skill checks foirent de toute façon). Ce jeu a besoin de 1/ plus de contenu et de variations, 2/ une révision de l'équilibre, 3/ une intro ou un tutorial ou un mode bébé ou autre, qui prend le joueur par la main, donne quelques conseils sur comment réussir, voire même nous aide à réussir une première fois. Sinon, on a l'impression d'être jeté en pâture dans un système mécanique qui dit "Raté - Raté - Raté - Raté - Mort ; rejouer ?".

Héméra, by Narkhos
Un jeu avec du potentiel mais frustrant, February 5, 2020
Jeu où l'on incarne une sorcière qui fait des potions, en mélangeant diverses herbes que j'imagine être des herbes de sorcières. L'unique énigme du jeu tourne autour des propriétés des herbes de sorcières, et pas grand-chose n'est donné ; on est donc censés se renseigner ailleurs. Malheureusement, Wikipédia n'aide pas toujours ; j'ai donc résolu la deuxième partie de l'énigme par hasard, et je ne l'ai donc pas comprise, ce qui est dommage. Par contre, l'obtention de l'ingrédient supplémentaire est un moment subtil et qui m'a fait sourire, même si je suis tombé dessus un peu par hasard. Niveau écriture, il a quelques fautes d'orthographe, et un mystère que je n'ai pas compris (et qui ne semble pas résolu), ce qui est dommage. Un jeu avec du potentiel (donnez-moi un jeu long et ouvert où on incarne une sorcière et on apprend peu à peu des recettes de potion et les effets des herbes !), mais court et avec une énigme plutôt frustrante

Killing Time at Lightspeed, by Gritfish
Interesting, but ultimately superficial, December 24, 2019
The main conceit of the game, social media accelerated through Einstein relativity, is very clever and interesting. The story that is told, focusing mainly on cybernetics, is pretty good, and is mostly told through news articles, a conceit that I like; mechanically, it feels similar to The Endling Archive, Orwell, Analogue A Hate Story, or my own Life on Mars. However, the writer frequently inserts references of parodies of our world, of clickbait and witty twitter things, in a way that really took me out of it.

My main criticism lies with the social media aspect of the game. When I compare the blurb (see your friends grow old and you have to say goodbye to them) to the game experience, it's really underwhelming. As far as I can tell, there's not much you get to change, no branching paths, and things just deflate at the end in an underwhelming way (or, given content gets scarce, in a way that feels like the author's deadline was approaching). The characters are well-defined, but they don't change very much over the 10-20 year period, and nothing feels sad or wistful about it because you're not spending that much time with them after all (it's literally the concept of the game). More interactions with them would have been nice (like at the beginning, to establish relationships more), but I think the game also lacks a voice for our character, a possibility to express sadness, nostalgia, grief, etc. (Especially at the end.) There's a discrepancy between our experience (20 minutes on facebook) and theirs (decades), but it's a bit hollow and doesn't come accross very clearly, and it doesn't seem to matter to anybody (at least, i didn't feel involved, or with any urgency - especially since the tone stays the same throughout). It's a shame, because it's the central device of the game, and I feel like it didn't quite pull it off. An interesting game nonetheless!

Hollywood Visionary, by Aaron A. Reed

4 of 4 people found the following review helpful:
Great story, perfectly capturing 50s Hollywood, September 2, 2016
"Hollywood Visionary" casts you as a studio head in the 50s, trying to make your first movie to get your studio off the ground. The atmosphere is that of 1950s Hollywood, and is lovingly rendered: everything is period-perfect, and you're surrounded by big names, which really adds to the atmosphere. The NPCs that you encounter are indeed very well written; I have a soft spot for Fish Grundy, but other ones are quite memorable too. (Orson Welles, in particular, is hilarious and a great character.)

Most importantly, the account of the Red Scare and trying to be a studio head in the McCarthy era is just amazing. The character of Creed is great for that purpose : it is well-written enough that you could totally see someone like that existing back in that day, but still manages to say things that from our modern perspective sounds absolutely ridiculous. It's very impressive to manage to portray this aspect that well, while still making it transparent that the whole thing was a travesty of justice and completely, irrationally stupid. I came out of the game reflecting heavily on what is justice, and how politicians sometimes get away with blatant scapegoating that is profoundly unfair; it really resonated with 2016, although I see now in reviews that it also resonates with other events from a few years ago. For that matter, the tense scene near the end is just amazing, as (Spoiler - click to show)the stakes are high (even if you know how ridiculous it is, they could still end you!), and the atmosphere is oppressive; one of the best written scenes I have ever seen and felt in IF.

The meat of the game is trying to get your movie done while managing all sorts of aspects, like money, stress, actors, etc. This was well-done enough, and there are lots of possible choices; it is however mostly linear, and I came out with the impression that some choices always lead to similar conclusions, which is not necessarily a bad thing. I achieved enough variety to get achievements that I wanted to get, but I felt little interest in keeping going; to be honest, the huge number of choices do not actually feel like they're all supported, and sometimes it kind of felt like it was just string substitution. (as in "<your director> loves <your genre>"). Granted, I didn't really explore everything; but I feel like the game wasn't that great at giving me feedback or letting me know that this particular choice was a really good one. Instead, you are given 15 different knobs that you have to monitor, without really knowing how important they are, and it kind of felt (at least for the choices I made, which were mostly careful and not really going to extremes) like it was a zero-sum game, that if I spent more time on something, something else would lose as many points. This may not be true, and maybe you can manage to make a dismal movie or an absolutely great one, but I don't really know how, and I don't even have a good rule of thumb, which doesn't really make me want to try to achieve it. So, it's nice to personalize your movie, basically, but you don't really feel like it has that much weight or importance overall.

In any case, I had a very good time with this game, and the superb writing makes it a 5-star game in my opinion.

Ratings War, by Eddy Webb

3 of 3 people found the following review helpful:
Not very original, lacks depth, August 21, 2016
I wanted to like this game: investigative journalism in a futuristic noir cyberpunk world, with a city in shambles and gang violence? I love Deus Ex, Urban Chaos, and all that kind of stuff, so I was excited!

Now, two stars might be a bit harsh, but the game unfortunately disappointed me in a lot of ways. First, the setting was unsufficiently developed to me: there were a couple of neat ideas, like (Spoiler - click to show)privacy laws having been made way stricter than our current day and age (how does that work? Does facebook still exist? Is there a special police for that?), but mostly they were skimmed over quickly ((Spoiler - click to show)global warming is merely name-dropped, no mention why there is such poverty or inequality or what changed in the world). To be perfectly honest, it feels like the game could have been set in 2016 without losing much : replace New Angeles by, like, Detroit, use small bluetooth cameras or Google Glasses, (Spoiler - click to show)talk about the Carmat artificial heart and I'm not sure it would end up very different. This is one of my biggest disappointments from the game, since I was expecting more from the setting.

The game is mostly linear, from what I saw and from the length claimed on the CoG website ; this means the replay value is not great (I got 80% of achievements in 2 playthroughs), but actually, even worse is that a lot of choices end up not being real choices. They might affect the statistics, though I didn't track that too hard, but a lot of times the few options converge to the same text a couple of paragraphs later. This took me out of the game, as I felt the decisions had much less weight this way and ended up not surprising me much. There are a few times where the games has actually very different outcomes; unfortunately I only noticed because the game was contradicting itself ((Spoiler - click to show)Katrina sued me when I actually didn't attack her and stayed on my chair, Tracey downloaded images when I didn't record the conversations with Parker or Sloane), which surprised me from a CoG game. So it kind of feels like a linear plot with no room for different playthroughs or choices, which is not great. Adding onto that, the plot itself isn't too exciting, and you mostly get kidnapped (seriously, 3 or 4 times over 10 chapters is too much) by someone guilty who then reveals their plan "but i'd like to keep that off the record". And last but not least, the writing feels bland and sometimes clumsy, not only because the setting is not very developed, but because the style itself isn't great; there's things spelled out that didn't need to be, and a few rather lazy descriptions: the red wine tastes fruity, the dark beer tastes nutty, the bad guy wears a trench coat, and there's literally a nondescript henchman!

Anyway, this was unfortunately a pretty disappointing experience; I would not really recommand this game.


1-10 of 62 | Next | Show All